Je lessive écolo !

Je me souviens que, quand j’étais petite, ma maman faisait bouillir son linge dans une grande bassine, elle utilisait ensuite une cuve dont le fond était constitué d’une sorte de plaque qui faisait tourner l’eau dans un sens puis dans l’autre, et elle utilisait ensuite une essoreuse.  

Puis elle vidait les cuves de l’eau savonneuse et les remplissait à nouveau d’eau pour rincer le linge, qui repassait ensuite dans l’essoreuse.   Certains linges étaient passés à nouveau dans de l’eau avec de l’amidon.

Il fallait remplir toutes les différentes cuves et les vider soi-même. Bref, la lessive, on y passait la journée !   Elle a eu sa première machine à laver au début des années ’70.  Quelle révolution !

A l’heure actuelle, nous avons la chance d’avoir à notre disposition une seule machine reliée directement à l’eau, qui lave, rince et essore, emplit et vide l’eau, en poussant seulement sur un ou deux boutons.

Mais je me pose la question : lessivons-nous de façon écologique ?

D’un côté, la réponse est oui.  Car nous utilisons moins d’eau, moins d’électricité.  Et nous gagnons du temps, précieux temps dans nos vies pressées.

D’un autre côté, quels produits utilisons-nous ?  Il est peut-être facile d’acheter des produits de grandes surfaces, qui lavent plus blanc que blanc et dont on ne déchiffre pas les étiquettes.

Alors réfléchissons à nos actes, pour nous d’abord, et notre famille, mais aussi pour la planète, à ne pas utiliser de produits chimiques qui menacent notre santé et la faune et la flore aquatiques.

Ma maman utilisait des briques de savon de Marseille qu’elle grattait pour en faire des paillettes, qu’elle jetait dans son eau chaude, et elle mettait du vinaigre dans l’eau de rinçage. Pas de produit chimique, pas de parfum de synthèse, pas de conservateurs.

Moi je lessive soit avec ma lessive liquide, que je fabrique moi-même très facilement à base de paillettes de savon de Marseille, de bicarbonate de soude, et d’eau, auquel j’ajoute de l’huile essentielle de lavande, et pour les linges blancs, j’ajoute directement dans le compartiment de lessive du percarbonate de soude.  Soit j’achète une poudre toute prête avec un label garanti écologique, plus pratique quand je veux programmer une lessive à l’avance.

J’utilise aussi des balles de lavage qui vont battre le linge et donc je réduis de moitié la dose de lessive.

Et surtout, je n’utilise pas d’adoucissant chimique et agressif pour la peau !  A la place, j’utilise du vinaigre, pur ou avec de l’huile essentielle de lavande, pamplemousse, citron ou pin, que j’ajoute à chaque lessive dans le compartiment prévu pour l’adoucisseur.  Le vinaigre dissout le calcaire, assainit et désodorise mon linge.  Et non le linge ne sent pas le vinaigre !

De temps en temps, je fais tourner une machine vide à 60° avec du vinaigre pour l’assainir et enlever les dépôts de calcaire.  Et ne croyez pas que cela abîme vos joints, comme le prétendent les vendeurs de machines.  Donc pas de produit spécifique pour enlever le calcaire !

Je vais ajouter que la lessive de tous les vêtements que vous portez au quotidien peut se laver à 30 ou 40 degrés.  La lessive des draps de lit et des essuies de toilette, ainsi que des essuies-vaisselle se fait à 60 degrés, si vous voulez vous débarrasser des bactéries, des acariens et des odeurs, et il en va de même pour les linges des personnes malades ou des bébés.

J’espère vous avoir éclairé sur la lessive.  Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les poser.

 

Vous voulez être conseillée par rapport à votre vie quotidienne pour vous libérer du temps ? Je vous accompagne au travers d’un suivi adapté ! 

Vous voulez bénéficier d’une séance d’une heure gratuite ?  Remplissez le questionnaire en ligne  en laissant vos coordonnées pour que je puisse vous appeler.

Avec toute ma bienveillance !

 

NaturoPat

Patricia Debecker
Avenue du Petit Sart 142

5100 JAMBES
Tel : 0478 206 882
info@naturopat.be

www.naturopat.be